CLAUDE

Dans l’impossibilité de m’adapter au système scolaire classique, je quitte le collège à la suite d’une seconde cinquième, pour une formation par alternance. Ainsi, les maisons familiales me permettent d’alterner les cours et les stages sur la ferme familiale et dans d’autres exploitations agricoles. J’obtiens successivement le BEPA, le BETA puis un BTS technique agricole et gestion de l’entreprise. Les nombreux stages effectués m’ont permis de découvrir différents systèmes d’agriculture, différentes productions et savoir-faire, dans de nombreuses régions de France et aussi en Angleterre.

.

Vient ensuite le temps du service miliaire obligatoire! Plutôt que de « perdre » une année à l’armée, je m’engage pour le service civil, détaché auprès de l’ONG « Les Volontaires du Progrès ». Durant 2 ans, je travaillerai avec agronomes et vétérinaires sur un projet de développement du petit élevage, dans la région de Kibuye au Rwanda. Nous tentons de promouvoir l’élevage caprin en privilégiant la construction de petites étables (production de fumier) et les cultures fourragères (semis en ligne: lutte contre l’érosion des sols) par la diffusion d’un crédit bétail. Cette expérience humaine riche et inoubliable m’a ouvert l’esprit, m’a permis de relativiser les difficultés ou les problèmes et de rester positif dans toutes les situations.

.

De retour en France en 1993, je m’installe sur la ferme familiale. Le contraste avec l’Afrique est énorme! Ce système intensif, peu autonome et dépendant de l’industrie agroalimentaire (achat aliments, engrais, pesticides…) me saute aux yeux! Les animaux sont en souffrance, les bonnes terres disparaissent par l’érosion (trop de maïs dans la rotation) et l’abus de chimie… Quel avenir dans ce système ? Quel forme d’agriculture pour demain ? La réflexion est en route pour essayer de changer les choses…


Comments are closed.

Comments are closed.